Un apprenti ingénieur BTP, membre du projet « COUCOU PETITE MÉDUSE »

Publié le

COUCOU PETITE MÉDUSE, C’EST QUOI ?

Au départ, c’est une bande de surfeurs passionnés : Quentin, Mathieu, Cyril, Martin, Agathe, Julien et Artem ont parcouru les routes en autonomie grâce à leur caravane « Coucou petite Méduse« .

Au cours de leurs différents Surf Trip, ils ont vécu des expériences humainement très intenses, ce qui a fait naître en eux l’envie d’aider les personnes qu’ils pouvaient rencontrer sur les côtes. Plus encore, ils souhaitaient déterminer leurs futures destinations en fonction des endroits où ils pourraient être utiles, à leur échelle.

coucoupetitemeduse.com

logo Coucou Petite Méduse

POURQUOI AGISSENT-ILS ?

Le but est de mêler l’humanitaire (environnemental et social) avec leurs passions communes : le surf et le voyage. « Rencontrer les surfeurs locaux est un gain humainement inestimable, leur donner le sourire l’est encore plus ». Promouvoir la dépollution des mers et des océans est aussi l’une de leurs priorités.

La distribution de planches est un point qui leur tient à coeur. Pour financer leur projet, ils ont conçu des t-shirts et casquettes à l’effigie de « Coucou Petite Méduse ». La sommes de ces ventes permet uniquement le transport du matériel de surf.

Découvrez la boutique en ligne

LES PROJETS RÉALISÉS

Après un premier voyage au Portugal, ils sont partis au Sri Lanka en août 2019 pour une mission humanitaire.

Découvrez le témoignage de Martin POTREL, apprenti ingénieur BTP à CESI École d’Ingénieurs de La Rochelle, qui est membre de l’équipe :

« Le Sri Lanka, une expérience unique et enrichissante où durant 14 jours j’ai eu la possibilité de m’imprégner d’une nouvelle culture. La première chose qui me vient en tête lorsque j’évoque ce voyage c’est la bienveillance des locaux envers les étrangers.

« Le surf est un sport exclusivement masculin, les femmes n’ont pas le droit de surfer et devraient être à la maison pour cuisiner » : voilà les idées qui sont véhiculées encore aujourd’hui au Sri Lanka.

À partir de ce constat et pour permettre une pratique plus répandue de ce sport aux femmes sri-lankaises, Tiffany Carothers a fondé « Le Arugam Bay Girls Surf Club » en août 2018. C’est le premier club de surf féminin du Sri Lanka. Il est géré par des femmes d’origine Sri Lankaise et il est situé sur la côte est du pays. Le club se compose de 12 membres, dont la majorité sont des femmes de Sinna Ulla, un village voisin dans la région d’Arugam Bay, âgées de 13 à 44 ans.

En plus de la dimension sportive liée à la pratique du surf, elles sensibilisent sur la pratique de la natation et de la sécurité en mer pour permettre de profiter pleinement de l’océan. Elles sont également actives sur la préservation de l’environnement.

L’objectif de notre mission était donc de leur apporter du matériel de surf et de les former aux gestes de premiers secours. Nous avons passé des moments exceptionnels à leur côté et je garde des souvenirs inoubliables de ces sessions de surf avec les enfants.

Nous avons à apprendre de ces civilisations et nous avons parfois peu à donner face à leur générosité.»

UN FUTUR PROJET ?

La Sibérie ! Ce voyage est davantage porté vers l’aventure. Les conditions météorologiques sont extrêmes afin de repousser leurs limites : moins d’une dizaine de surfeurs ont défié ce pays pendant l’hiver, avec une température en -10°C et -20°C.

L’équipe a pu prendre contact avec l’un des rares surfeurs du pays. Il sera leur guide durant ce voyage avec des endroits accessibles uniquement en ski ou en raquettes. Grâce à lui, ils pourront parcourir les côtes Sibériennes.

Le départ est prévu entre novembre 2019 et janvier 2020.

 

SUIVEZ LEUR AVENTURE !

Ne manquez aucun de leur voyage en les suivant sur Facebook et Instagram